La Crise d’Angoisse

Publié le par

 Comment reconnaitre
une crise d'angoisse
et la gérer ?

Une crise d’angoisse, aussi appelé crise de panique, crise d’anxiété, attaque de panique, ou trouble panique, est une exagération de la réaction du corps face à une peur.

Alors quels en sont les symptômes ? Pourquoi une telle crise et comment la gérer ? 

Je fais le point avec vous pour que d'ici peu, vos crises d'angoisses ne soient plus qu'un lointain souvenir.

requin effrayant, symbolisant comment reconnaitre une crise d'angoisse

LA CRISE D'ANGOISSE, C'EST QUOI ?

UNE CRISE CARACTERISEE PAR SA BRUTALITE

Les crises d'angoisse sont caractérisées par leur brutalité. Elles arrivent par surprise, sont très intenses et ne durent en principe que quelques minutes. Mais elles peuvent parfois se prolonger jusqu’à 30 minutes ou 1 heure.

Elles se traduisent par une manifestation intense d’inconfort physique et émotionnel, au point d'avoir peur de mourir ou de devenir fou.

Durant une crise d’angoisse, les symptômes d’anxiété (peur de perdre le contrôle de soi-même, du regard des autres, de s’évanouir, de devenir fou, de mourir) sont donc mélangés à des symptômes physiques (palpitations cardiaques, tremblements, sueurs, frissons, vertiges, impression d’étouffer, ou encore nausées). 

Ces symptômes peuvent parfois être violents au point d’évoquer une crise cardiaque ou une crise d’épilepsie (voir à ce sujet ma rubrique Les symptômes de la crise d'angoisse). Lors d’une première crise, nous aurons ainsi tendance à craindre l’une de ces maladies et à consulter un médecin en urgence, lequel posera le diagnostic de crise d’angoisse.

Dans son livre, Gestion du stress et de l'anxiété, Dominique Servant, psychiatre & psychothérapeute, décrit la crise d'angoisse comme "une crise brutale pendant laquelle le corps se met en alerte maximum sans raison évidente. Le cœur se met à battre plus vite, on tremble de tous ses membres, on est traversé par un malaise intense. Il y a vraiment un sentiment de perte de contrôle". 

Retour au menu

UNE CRISE PRECEDEE DE SYMPTOMES ANNONCIATEURS 

​Généralement ces crises surviennent lorsque nous avons l’impression de ne pas pouvoir nous échapper (ascenseur, train et avion, voiture sur autoroute, réunion professionnelle).

En principe, elles sont précédées, quelques jours auparavant, de signes annonciateurs que nous n'avons pas écoutés (maux de dos, de tête, problèmes de sommeil, perte d’appétit, etc..).

C'est notamment parce que nous n'avons pas su écouter et prendre en considération les signaux traditionnels d’angoisse, que notre corps nous envoie un signal un peu moins discret et plus violent : la crise de panique.

C’est de cette manière que notre inconscient nous force à nous arrêter pour écouter les motifs de notre angoisses et les traiter.

Retour au menu

UNE CRISE SUSCEPTIBLE D'ENTRAINER D'AUTRES TROUBLES ANXIEUX

Après la survenue d'une crise d’angoisse, nous risquons de redouter l’apparition d’une nouvelle crise. C’est l’anxiété anticipatoire, avec apparition éventuelle de crises récurrentes.

Dans ces situations, on parle de troubles paniques. Ces troubles peuvent être couplés à d'autres troubles anxieux corrélés, comme par exemple l’agoraphobie (nous sommes tentés d’éviter les endroits où la crise est survenue).

Ces crises d’angoisse récurrentes sont aussi des terrains pour le développement de dépressions et de dépendances. Raison pour laquelle il est fondamental de les traiter le plus tôt possible.

Retour au menu

LES SYMPTOMES DE LA CRISE D'ANGOISSE

Une première crise d’angoisse peut être très impressionnante. Il est donc important de savoir en reconnaître les symptômes afin d’éviter d’angoisser davantage. En effet, c’est très souvent le fait de ne pas comprendre ce qui se passe qui nous effraie. 

En principe, on peut considérer qu’une personne est en proie à une crise d’angoisse lorsqu’elle expérimente au moins 4 des symptômes suivants (étant précisé qu'en fonction des contextes, les crises n’ont pas toutes la même intensité) :

  • Transpiration, sueurs, bouffées de chaleur, ou au contraire, frissons
  • Palpitations
  • Tremblements
  • Sensation de souffle coupé, de suffocation, d'étranglement ou de boule dans la gorge
  • Douleur ou gêne thoracique
  • Nausées
  • Vertiges
  • Perte de sens de la réalité
  • Peur de perdre le contrôle de soi, de devenir fou
  • Peur de mourir
  • Paresthésies

Retour au menu

QU'EST CE QUI PROVOQUE LA CRISE D'ANGOISSE ?

Très souvent une crise d’angoisse, ou crise de panique, survient sans raison apparente, ce qui ajoute une dose d’angoisse au processus. Car, comme mentionné, c’est le fait de ne pas comprendre ce qui se passe qui nous effraie.

A l’inverse, reconnaître l’arrivée d’une crise de panique et comprendre pourquoi de tels symptômes se déclenchent permet de s’en sortir rapidement et de ne pas laisser le malaise s’installer.

Examinons donc plus en détails pourquoi une crise d'angoisse peut faire son apparition dans notre vie.

UNE PRODUCTION MASSIVE D'ADRENALINE

Comme je l'ai expliqué dans mon article sur Le stress, face à une menace imminente (exemple : la maison brûle), notre corps répond en produisant massivement de l’adrénaline. 

L'objectif de cette substance chimique est de nous aider à disposer de toutes nos capacités pour réagir au danger et  sauver notre peau. 

La production de cette adrénaline s’accompagne d’une série de sensations déplaisantes, telle que : montée de chaleur, accélération de la respiration et du rythme cardiaque, et augmentation de la pression sanguine. Notre cerveau lui aussi passe en mode « puissance maximale », ce qui provoque l’accélération de la pensée.

Tous ces symptômes sont là pour nous permettre l’accès au meilleur de nos capacités mentales et physiques. Cela afin de réagir le plus efficacement possible, sur le court terme, au danger mortel qui se présente.

Dans le cas d’une crise d’angoisse, c’est exactement le même phénomène qui se produit, avec pour différence notable que notre corps n’est pas en train de réagir à un danger imminent réel, mais à une représentation mentale/imaginaire du danger (il croit que la maison est en train de brûler).

C'est ce point que j'examine plus en détail avec vous dans la section suivante.

Retour au menu

LA REPRESENTATION MENTALE D'UN DANGER 

Comme mentionné, lors d'une crise d'angoisse, notre corps réagit de la même manière que si nous nous trouvions face à un danger mortel.

La différence, c'est que ce danger n'est pas mortel ou imminent dans le monde physique. C'est dans notre perception de la situation que nous l'évaluons inconsciemment comme tel.

Donc, lorsque nous expérimentons les symptômes de la crise d'angoisse, c'est que nous venons d’avoir une montée d’adrénaline. L'objectif de cette production chimique était d’ordonner à notre corps de se préparer à combattre un danger imminent.

Or, nous savons maintenant que ce danger n'existe que dans notre perception inconsciente de la situation.

Alors, la prochaine fois que vous expérimentez  l’arrivée de tels symptômes, regardez bien en face de vous, et constatez que la maison n’est pas en train de brûler, là maintenant, tout de suite. Non, vous n’êtes pas en danger de mort imminent. Donc il est inutile de préparer l’artillerie lourde 🙂

Pour autant, cela ne veut pas dire que la crise d'angoisse doit être prise à la légère. En effet, une telle crise révèle la nécessité de traiter urgemment des émotions ignorées depuis trop longtemps. C'est cet aspect que j'examine en détails dans ma prochaine section.

Retour au menu

DES EMOTIONS NON TRAITEES

Ainsi donc, la montée d'adrénaline expérimentée lors d'une crise d'angoisse a lieu "pour rien", dans le sens où nous n'avons aucun combat potentiellement mortel à livrer dans l'immédiat.

Cela étant, dès que notre organisme se calme, il est fondamental de prendre le temps de comprendre ce qui a déclenché notre croyance à l'existence d'un danger imminent.

En effet, la crise d’angoisse est un signal pour nous informer que les émotions que des émotions ignorées jusqu'à ce jour doivent absolument être prises en compte.

L'apparition de la crise de panique démontre en effet que les stratégies de contrôle que nous avons mises en place jusque-là ne fonctionnent plus. Les émotions que nous tentions si fortement de contrôler doivent désormais faire l'objet d'un travail de fond pour en comprendre l'origine et développer des moyens efficaces d'y faire face.

Il est recommandé d’effectuer ce travail avec l’accompagnement d’un thérapeute. Dans cette perspective, l'hypnose peut s’avérer un bons outil. Avant que vous décidiez de ne prendre contact avec un hypnothérapeute certifié, vous pouvez commencer par écouter cette vidéo gratuite postée par l'Institut Français d'Hypnose Humaniste et Ericksonnienne, et voir si vous y êtes réceptifs :

LES FAUSSES CROYANCES QUI ENTRETIENNENT LA CRISE D'ANGOISSE

Quoiqu’il en soit, et avant même d’entamer un travail sur soi, que ce soit seul ou avec l’aide d’un thérapeute, je vous résume 4 croyances à éradiquer pour faire fuir les crises d’angoisses.

FAUSSE CROYANCE #1 : LA CRISE D'ANGOISSE EST SIGNE DE MALADIE MENTALE

Non, la crise d’angoisse, de même que tous les troubles anxieux, n'est pas une maladie mentale !

Il s’agit uniquement d’une manifestation de stress (pour tout savoir sur le stress, voir mon article ici), ce qui n’a rien à voir avec la folie.

En fait, la crise d’angoisse est tout l’inverse d’une perte de contrôle. Il s’agit d’une réaction qui intervient lorsque nous cherchons à TROP contrôler nos émotions et notre environnement.

Comme je l'ai expliqué dans ma section Les causes de la crise d’angoisse, il s'agit d'une réaction de notre corps à la perception d'un danger grave dans un environnement que l’on souhaiterait plus contrôlable.

Retour au menu

FAUSSE CROYANCE #2 : LA CRISE D'ANGOISSE FRAPPE LES LACHES

Là encore, c’est faux.

Etre courageux, ce n’est pas vivre sans peur. En effet, si vous avez lu mon article sur le stress, vous savez maintenant que la peur est une émotion indispensable à notre survie, donc une émotion sans laquelle nous ne ferions pas long feu sur cette planète.

Etre courageux donc, ce n’est pas vivre sans peur, mais avoir peur et agir quand même. Et  précisément, la crise d'angoisse est une invitation à examiner nos peurs et à agir malgré elles.

Que ces peurs soient objectivement justifiées n’a aucune pertinence, puisque notre corps réagit à la perception subjective du danger, et non au danger lui-même.

Pour certains d'entre nous, les symptômes de préparation au combat ultime vont donc se déclencher au moment de parler en public, pour d’autres au moment de conduire, pour d’autres encore lors d’un contact intime etc…

Et même si la peur est dans notre tête, il faut du courage pour aller de l'avant malgré elle, la regarder en face, et l'affronter. Beaucoup plus que si elle n’avait jamais existé.

Alors abandonnez dès aujourd'hui la fausse croyance que la peur ou l'anxiété frappe les lâches, et dites-vous bien que si la crise d’angoisse se manifeste dans votre vie, c’est parce que ce moment de confrontation avec votre peur est arrivé.

Et une fois qu’il sera passé, vous en ressortirez renforcé, fier, et bien plus courageux que si vous n’aviez jamais connu l’angoisse.

Retour au menu

FAUSSE CROYANCE #3 : LA CRISE D'ANGOISSE EST DANGEREUSE

Non, la crise d’angoisse n’est pas dangereuse. Comme vous l’avez maintenant compris, il s’agit d'une réaction de notre corps qui se met au maximum de ses aptitudes pour nous sauver la peau suite à la perception d'un grave danger. Autrement dit, c’est la mise en route de notre système de défense le plus puissant.

Le problème, c’est que plus nous croyons ces symptômes dangereux, plus notre corps croit à l’existence du danger, et plus il réagit fort.

Tout ça pour réaliser au final que nous avons eu peur d’un système mis en place pour nous protéger.

Retour au menu

FAUSSE CROYANCE #4 : LE TEMPS VA RESOUDRE LE PROBLEME

Puisque la crise d’angoisse n’est que la réaction de notre corps à une émotion de peur que nous avons ignorée depuis trop longtemps, il est bien évident qu’attendre encore aggravera les choses, plutôt que les améliorer.

Bien au contraire, lorsque nous sommes frappés par la crise d’angoisse, c’est précisément que le moment est venu d’examiner nos peurs et les moyens à mettre en oeuvre pour y réagir !

Alors ne faites pas l’erreur de croire que vous pouvez éviter ce face à face avec vos émotions. S’il le faut, contactez un thérapeute, mais réglez le problème pour avancer sur le chemin de votre vie en toute sérénité!

Retour au menu

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •