Amaxophobie : comment j’ai dépassé ma peur et passé mon permis de conduire !

peur de conduire
Suivez-moi sur les réseaux sociaux !

9 réflexions sur “Amaxophobie : comment j’ai dépassé ma peur et passé mon permis de conduire !”

  1. Bonjour Maria,
    Je me reconnais tellement dans ton article ! ça fait du bien de voir qu’on n’est pas seuls face à l’amaxophobie. Je ne connaissais pas ce terme avant que tu en parles ?.
    Il vaut mieux se dire que l’on est trop intello que trop dépendant ! haha.
    Comment fais-tu au quotidien ? J’imagine que tu prends les transports en commun ?
    Ce fut le cas pour moi lorsque j’étais en région parisienne et cela m’allait très bien, mais lorsque j’ai déménagé dans le sud de la France j’ai été obligée de m’y confronter. Et bien je n’y arrive toujours pas c’est une horreur. Contrairement à toi j’ai mon permis (j’ai eu beaucoup de chance), mais chaque fois que je dois conduire c’est une horreur si bien que parfois je m’interdis des sorties avec mes amis, il faut voir jusqu’où mène l’absurdité de la situation quand même…
    As-tu réussi à passer outre cette phobie ? Peut-être, je vais parcourir tes articles en tous cas.
    Belle soirée à toi et merci pour cet article !

    • Coucou Jade,
      Merci pour ton commentaire !
      Moi aussi ça me fait toujours plaisir quand une personne me confie être confrontée au même problème. Je me sens beaucoup moins seule. Depuis la publication de cet article d’ailleurs, je me suis rendue compte que nous étions vraiment beaucoup dans ce cas de figure, raison pour laquelle j’ai ouvert un carnaval d’articles sur le thème des phobies. Je vais bientôt publier l’ebook et du coup je te l’enverrai, il pourra sans doute t’intéresser.
      Je suis également en train de préparer le compte-rendu de ma séance avec Roman qui a été très très efficace !! Grâce à cette séance, j’ai reçu l’autorisation de faire de la conduite supervisée, c’est-à-dire que je n’ai plus besoin d’aller jusqu’à l’auto école pour m’entrainer (ce qui était déjà une galère en soi comme je l’expliquerai dans mon article) et c’est mon mari qui me supervise. Je compte bien raconter très prochainement comment ça se passe et comment je fais pour prendre confiance 🙂
      Pour répondre à ta question, au quotidien et jusqu’à la naissance de mon fils (en janvier 2017), ça allait encore car j’ai toujours vécu en ville et du coup en effet je prenais les transports en commun.
      Mais comme toi, depuis un an, j’ai été obligée de me confronter à cette phobie. Nous avons déménagé en campagne et en plus, mon fils n’aime pas rester à la maison. Alors je n’ai vraiment plus le choix, il faut que je passe ce satané permis, et en plus, que j’ose conduire même si je réussis 🙂
      Je te tiens au courant.
      Belle soirée à toi, et à tout bientôt

  2. Bonjour Maria !

    Ça rassure tellement de se sentir moins seule dans ce genre de galère. A vrai dire je ne connaissais pas du tout le terme amaxophobie jusqu’à aujourd’hui.

    J’ai passé une fois la conduite en 2015 et je l’ai raté car j’ai bien sûr paniqué. Depuis niveau finance et situation personnelle c’était compliqué de le repasser, et pas plus tard que ce matin j’étais motivée à profiter de la validité de mon code pour passer une heure d’évaluation de conduite dans l’auto école à deux pas de chez moi. Et ben sans surprise j’étais crispée comme pas possible au volant, d’autant que je me trouve en région parisienne… et le moniteur m’a annoncé qu’il fallait tout reprendre de zéro et repartir pour 30h ! Je suis frustrée d’être aussi paniquée des lors que je me trouve au volant… Et du coup j’hésite à poursuivre car passé le 31 mars je devrais repartir de zéro, et me retaper le code. Bref beaucoup dans mon entourage ont du mal à comprendre cette phobie que j’ai, c’est fatigant. J’ai pensé à l’hypnose, je vais voir. En tout cas merci pour ce partage d’expérience et plein de courage dans cette épreuve que je te souhaite de réussir.

    • Bonjour Hélène,
      Merci beaucoup pour ton commentaire !
      Je te comprends tellement pour cette histoire des heures à prendre, c’est déprimant. C’était exactement pareil pour moi.
      Si tu en as l’occasion, je te recommande de demander la conduite supervisée. C’est ce que j’ai fait et cela me permet d’économiser énormément d’argent tout en allant conduire en tous cas 2h heures par semaine, depuis environ 2 mois (sous la supervision de mon mari). J’ai gagné beaucoup d’assurance et la route me fait de moins en moins peur.
      Même si cela implique de repasser le code parce qu’il n’est plus valable, je pense que ça vaut la peine. Jusqu’à la naissance de mon fils je me disais que ce n’était pas si grave de vivre sans voiture, mais je me rends compte maintenant que c’est quand même beaucoup plus simple d’en avoir une. Donc ne lâchons rien, je pense qu’il ne faut pas laisser les phobies contrôler nos vies.
      Sinon je suis aussi allée faire un tour sur ton blog qui m’a beaucoup plu ! Moi aussi j’adore écrire. J’espère que nous aurons l’occasion d’échanger à nouveau.
      Quoiqu’il en soit merci pour ta visite, et bonne route avec cette conduite !! Tiens moi au courant.

  3. La différence , c’est la peur d’être au volant siège conducteur même si on n’a pas encore fait démarrer la voiture c’est a dire clefs sur le contact peur de tourner la clefs j’en étais à là, maintenant j’avance mais j’ai peur d’aller à l’auto école ça se débloqué mais c’est pas encore ça,

  4. Bonjour,

    Merci pour cet article, comme tu le dis, c’est vraiment rassurant de savoir qu’on n’est pas seules.
    J’ai été moi aussi amaxophobe pendant 4 ans et depuis peu, j’ai presque réussi à vaincre cette peur! J’ai décidé de partager mon expérience dans l’espoir d’aider d’autres amaxophobes.

    Mon parcours est très similaire au tiens: j’ai grandis à Paris donc je n’ai jamais eu besoin de la voiture, j’ai eu le mal des transports pendant de nombreuses années (il s’est largement estompé aujourd’hui mais il n’a pas totalement disparu) et surtout, mon moniteur d’auto école ne m’a pas du tout donné confiance en moi, bien au contraire… Bref, j’ai développé une phobie de la conduite pendant mes heures d’auto-école. (J’ai même commencé à avoir peur en tant que passagère.) J’avais des crises d’angoisses 2 jours avant chaque heure de conduite et je mettais 2 jours à me remettre de mes émotions après la séance mais je suis tout de même allée jusqu’à l’examen en m’accrochant à l’idée qu’une fois le permis en poche, je n’aurais plus jamais à conduire de ma vie (absurde, je sais) et par chance, je l’ai réussi.

    Un an après l’obtention de mon permis, j’ai déménagé en province et me suis acheté une voiture automatique pour me forcer à conduire. Mon conjoint a été très patient et a passé des heures à m’entraîner sur un parking. Grâce à lui, j’ai arrêté de pleurer/trembler derrière le volant mais il me fallait toujours plusieurs heures pour me remettre de mes émotions (ce qui était déjà un progrès énorme par rapport aux 2 jours qu’il me fallait avant) et je refusais de me mêler aux autres voitures. Par manque de motivation, j’ai fais une pause pendant 1 an.

    L’envie d’avoir des enfants grandissant, je me suis remotivée pour vaincre ma peur et j’ai commencé à chercher des solutions sur internet. C’est là que j’ai découvert l’hypno-thérapie. De nombreux sites expliquent qu’une phobie peut être traitée en 1 ou 2 séances seulement. Septique au premier abord, j’ai finis par me dire que je n’avais finalement pas grand chose à perdre (70€ et 1h de mon temps) et tout à gagner. Une discussion avec une collègue a fini de me convaincre. Elle a suivi une séance d’hypno-thérapie à la même période que moi (pour une phobie différente et avec un hypnotiseur différent) et le fait de pouvoir partager nos expériences nous a vraiment aidées.

    Voici comment s’est déroulée ma séance:
    J’étais un peu stressée d’être seule avec un hypnotiseur inconnu alors j’ai secrètement enregistré la séance avec mon smartphone. J’ai tout de même décidé de complètement lâcher prise et de ne pas essayer de lutter contre l’hypnose.
    – tout d’abord une discussion d’environ 15min où je lui ai bien expliqué mon problème, le fait que je ne connaissait pas l’origine de ma peur et la raison pour laquelle je voulais m’en débarrasser. Il m’a proposé de profiter de la séance pour me débarrasser de toutes mes petites peurs/angoisses illogiques du quotidien. Pensant qu’il se moquait de moi, j’ai rigolé mais il était très sérieux. Il m’a même dit que si ça ne me plaisait pas, il pourrait les remettre plus tard! Je n’avais pas d’autre peur en tête mais j’ai tout de même accepté.
    – ensuite, la séance d’hypnose a pu commencé. Elle a durée environ 30min. Mes yeux étaient fermé et mon corps “endormi” (ma tête tombait comme quand on s’endort) mais mon esprit était complètement éveillé. Je pouvais tout entendre, réfléchir, me concentrer sur ce qu’il me disait ou sur les bruits venant de la rue. Il m’a raconté une histoire censée me permettre de lâcher ma peur.
    – a la fin, c’était comme si je venais de me réveiller après une sieste, mon corps était comme dans du coton mais encore une fois, mon esprit était tout à fait éveillé, je savais où j’étais et ce que je disais. Il m’a laissé le temps pour que je me remette de cette sensation étrange et m’a félicitée pour mon “lâcher-prise”. Il m’a dit que l’hypnose était efficace sur tout le monde à des degrés différents mais qu’elle devrait l’être particulièrement pour moi grâce à ce “lâcher-prise”. Il m’a tout de même dit que les effets ne seraient pas instantanée, il faudrait attendre 4 à 6 semaines pour commencer à voir une différence. Il m’a conseillé de ne pas me forcer à conduire tant que je n’en avais pas envie. Il m’a dit que l’envie viendrait d’elle-même.
    – je suis ressortie rayonnante. Heureuse pour une raison qui m’échappait complètement. Je ne pouvais pas m’empêcher de sourire. Ma collègue a eu la même sensation de bien être à la fin de sa séance.

    Quelques semaines plus tard, alors que je commençais à me dire que ça n’avait pas fonctionné, j’ai réalisé que je n’avais plus peur en tant que passagère… Au bout de quelques mois, j’ai eu envie de prendre le vélo pour aller travailler (alors que j’ai peur de faire du vélo depuis mon enfance) et au bout de quelques essais, je me suis rendue compte que la peur n’était plus vraiment présente. Malgré tout, je n’ai pas eu envie de conduire. Je n’étais plus réfractaire à l’idée de conduire mais ce n’était pas quelque chose qui m’attirait non plus. Je me suis dit que l’hypnose avait eu un effet très limité et qu’une deuxième séance me débloquerait peut-être.

    Quelques semaines après la deuxième séance, mon grand-père est décédé et j’ai hérité de sa voiture (manuelle) qui avait donc une valeur toute particulière à mes yeux. Je me suis surprise à vouloir conduire cette voiture. A ce stade, j’avais mon permis depuis 3 ans mais je n’avais presque pas conduit, j’ai donc préféré reprendre 2h de conduite dans une nouvelle auto-école réputée pour la gentillesse des moniteurs. Ils ont été très compréhensifs, patients et m’ont félicitée pour ma démarche. J’ai été très heureuse de me rendre compte que l’angoisse profonde avait disparue. J’étais toujours stressée mais plus par manque d’expérience que par peur véritable. A la fin de ma 2ème heures ils m’ont dit que je n’avais plus besoin d’eux et qu’il ne me manquait plus que de l’expérience.

    J’ai commencé par aller au travail en voiture avec mon conjoint à côté de moi une fois par semaine (il repartait ensuite avec la voiture et je rentrait en bus le soir). Un jour, je lui ai demandé de me suivre avec sa voiture et j’ai fait le trajet seule. A partir de ce moment là, je me suis sentie capable de faire ce trajet sans lui. Depuis 2 mois environ, je vais au travail en voiture 2 ou 3 fois par semaine. Petit à petit, je prends confiance en moi. Je mets de la musique, je chante et j’insulte même les autres conducteurs! J’ai même eu envie de prendre l’autoroute et des départementales pour aller chez une amie et ça s’est très bien passé. Il m’arrive encore de stresser un peu mais la phobie a presque complètement disparue. Je n’en suis pas au stade où je pourrais emmener des amis en vadrouille mais mes progrès sont déjà miraculeux! Et je n’ai pas finis de progresser! Je sens que je peux aller plus loin, la peur n’est plus un frein! Pour info, ma collègue aussi a vu de nets progrès dans son comportement. Tout ne s’est pas envolé comme par magie mais les résultats ont déjà changé nos vies.

    Désolé pour le roman, j’espère que mon histoire pourra vous aider. En résumé:
    – je recommande vivement l’hypnothérapie!
    – prenez votre temps, ne vous brusquez pas,
    – et si possible, trouvez une personne avec qui partager vos expérience. Quelqu’un qui vous comprenne et vous soutienne à 100%. Les échanges avec ma collègue m’ont vraiment fait du bien et m’ont aidé à prendre confiance en moi.

  5. Bonjour,
    je ne sais pas si vous lirez mon commentaire car l’article 2 ans après l’avoir écrit. Merci pour le partage.
    Pour ma part, je viens d’échouer à l’examen du permis de conduire pour la 6ème fois consécutive et je commence à désespérer…
    De 2002 à 2004 je l’ai échoué 5 fois de suite, je ne me sentais pas particulièrement mal à l’aise au volant mais j’accumulais les petites erreurs, j’ai même cru plusieurs fois que le résultat serait bon (la 4ème fois j’ai été éliminée pour cause de “sur-régime, c’est dire…)
    Bref, dégoutée de devoir repasser le code j’ai laissé tomber et j’ai vécu ma vie, je suis devenue mère.

    Depuis l’année dernière j’ai décidé de m’y remettre sérieusement, j’étais ultra-motivée, mon enseignant ne se faisait aucun souci pour moi pendant les cours et je me sentais globalement à l’aise…
    Je me suis présentée à l’examen certes un peu stressée (qui ne le serait pas?) mais confiante. Je me suis mise au volant et là, très rapidement j’ai fait une sorte de crise de panique je n’entendais plus les remarques de l’inspecteur, les bruits raisonnaient dans ma tête et je n’avais plus de vision latérale….
    Je ne sais plus quoi faire car je n’ai pas l’impression d’avoir la phobie de conduire mais plutôt d’avoir développé celle de passer le permis… (alors que je n’ai aucun problème pour passer des examens et même des concours).

    J’ai décidé de changer d’auto-école qui ne veut plus me présenter (1er échec chez eux mais ils le considèrent comme mon 6ème à juste titre puisque tout est inscrit sur ce que je surnomme “mon casier judiciaire” ) faire de la conduite supervisée avec mon mari et faire des séances d’hypnose chez une psychologue…

    On verra bien mais sincèrement je commence à désespérer.

    Bon courage à toutes les personnes dans cette situation et merci pour ce témoignage (ainsi que les commentaires)

  6. Merci pour cette article je m’y retrouve fortement.

    Moi J’ai peur d’etre en voiture déjà en tant que passagère et donc pire en tant que conductrice et je n’ai pas encore le permis.
    Mon autoécole m’a laissé tomber et je termine mes sous avec des psychologues depuis bientot 2 ans.
    C’est très difficile à vivre comme situation et personne ne me comprend dans mon entourage. Tout le monde donne son avis et c’est pesant. Je me suis même renfermée sur moi mm.

    Je ne sais pas par où commencer pour combattre cette peur.

Laisser un commentaire