La Victime : Portrait

Publié le par

La victime du pervers narcissique : portrait

Devenir la victime d'un pervers narcissique n'est jamais lié au hasard. En effet, le pervers narcissique choisit ses proies en fonction de certaines caractéristiques psychologiques. 

Alors quels sont les signes distinctifs ? Les victimes de pervers narcissiques sont-elles faibles et naïves ?

Je fais le point avec vous sur ces questions.

LA VICTIME D'UN PERVERS NARCISSIQUE EST PLEINE DE VITALITE, DE JOIE DE VIVRE ET D'EMPATHIE 

Les qualités dont peuvent se prévaloir les victimes de pervers narcissiques sont très souvent similaires d’une proie à l’autre : énergie, joie de vivre, spontanéité, sincérité, sens de l’humour, créativité, sensibilité, et empathie.

La raison pour laquelle le pervers narcissique est attiré par ces traits de personnalité, c'est parce que lui, au contraire, est vide, sans empathie, maussade, superficiel et éternellement insatisfait.

Il a donc besoin de parasiter la fraicheur d'autrui pour en absorber la vitalité. Et il le fera jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à prendre. C'est la raison pour laquelle les victimes de pervers narcissiques déclarent sortir "détruites" de ce type de relation.

Ainsi, en début de relation, alors que le pervers narcissique est encore en phase de séduction, il peut ressentir une « passion » pour sa cible.

Il s’agit toutefois d’une passion narcissique, et non d'un intérêt authentique. Cela signifie qu’il a repéré chez sa victime les qualités convoitées (vitalité, joie de vivre, empathie), et qu’il est en admiration devant l’expression de ce qu’il cherchait.

A ce propos, il est fondamental de répéter que le pervers narcissique n’est jamais passionné par sa cible en tant que telle. Dans son esprit, nous sommes toutes interchangeables.  

Cela est toujours vrai sauf si la qualité dont nous sommes dotées est rare ou la situation particulièrement compliquée, donc présentant un challenge.

Dans ce cas, il faut bien comprendre que c'est le challenge qui passionne le pervers narcissique, et certainement pas notre personnalité. Car ce que le PN recherche, c’est la gratification qu’il va pouvoir s’octroyer en faisant main-basse sur notre psychisme.

Et pour qu'il puisse s'emparer de notre psychisme, il faut qu'en plus d'être joyeuses et empathiques, nous possédions une qualité supplémentaire : la capacité à nous remettre en question.

Retour au menu

LA VICTIME D'UN PERVERS NARCISSIQUE EST CAPABLE DE SE REMETTRE (TROP) EN QUESTION

En plus d'une authentique joie de vivre, le pervers narcissique recherche obligatoirement chez ses cibles qu'elles soient dotées d'une capacité à se remettre en question. 

Cette dernière qualité est essentielle. Car pour que le PN puisse tisser son emprise sur notre psychisme, il faut obligatoirement que nous soyons capables de douter, de culpabiliser, de ressentir la honte … et ce, plus que de raison ! 

Si vous avez lu mon article sur le profil du pervers narcissique, vous savez maintenant que le PN a pour caractéristiques, entre autres : 

 - d'inverser systématiquement les rôles (c'est lui la victime, et l'autre l'agresseur);
 - de souligner régulièrement les défauts des autres;
 - de se mettre soudainement en colère, de manière disproportionnée, voire de devenir violent;
 - d'être paranoïaque.

Or, seules les personnes capables de se remettre en question sont susceptibles de supporter ces traits de caractère. Au lieu de fermer la porte relationnelle à celui qui tenterait de les culpabiliser et de les rabaisser, elles risquent d'entreprendre un travail d'introspection, et de se demander ce qu'elles devraient améliorer dans leur personnalité.  

Retour au menu

LA VICTIME D'UN PERVERS NARCISSIQUE SOUFFRE DU SYNDROME DE L'INFIRMIERE (DU SAUVEUR POUR LES HOMMES)

Une fois la phase de "love bombing" passée, le pervers narcissique commencera vite à se lamenter sur son sort.

Il nous expliquera à quel point il est incompris, mal aimé, rejeté, victime de son ex, de ses parents, de ses enfants...Bref de tout le monde.

Bien que nous puissions percevoir le caractère théâtral et exagéré de cette victimisation, notre empathie nous poussera à ressentir que le PN souffre d'une autre blessure, celle-ci véritable. Nous allons alors nous attacher à cette caractéristique et tenter de le “réparer”.

Malheureusement, cette sollicitude est inutile et dangereuse. Car le PN ne sera jamais satisfait. Il tentera perpétuellement de repousser les limites de ses demandes. Et plus nous nous oublirons, plus il va devenir exigeant et intensifier sa vampirisation.

Le problème, c’est qu’il sera alors particulièrement difficile de nous rendre compte de cet abus. Empathiques comme nous le sommes, nous ne comprenons pas et refusons d'accepter que certaines personnes puissent délibérément chercher à nous nuire pour se sentir mieux elles-mêmes.

Nous tenterons toujours de trouver des excuses au PN et nous nous enliserons ainsi dans la relation toxique.

Retour au menu

LA VICTIME D'UN PERVERS NARCISSIQUE SOUFFRE DE FAILLES NARCISSIQUES

Chez chacune d'entre nous, on retrouve systématiquement des souffrances liées à notre passé ayant ébranlé notre notre confiance en nous. C'est ce manque de confiance qui va nous conduire à tolérer ce qui ne peut l’être.

En ce sens, tout comme le PN, nous souffrons d'une blessure narcissique. Nous avons donc souvent été confrontés à des difficultés identiques, mais ensuite, en revanche, nous avons suivi des chemins littéralement opposés.

En effet, le PN a fait le choix de se renfermer dans sa souffrance pour se protéger. Alors que de notre côté, nous avons développé une attitude plutôt maternelle et permissive à l’égard des autres. C'est cette attitude qui nous amène à surinvestir la relation amoureuse, à idéaliser l’autre, et à devenir dépendante affectivement.

Souvent dans notre enfance, et pour différentes raisons, nous avons été amenées à adopter des manières de fonctionner bien éloignées de notre nature profonde.

Par ce sacrifice nous avons cherché à nous faire aimer, à être reconnues et à plaire aux personnes qui nous étaient chères. Nous reproduisons le même schéma avec le PN, et cette sur-adaptation ne nous permet donc pas de poser des limites, de nous aimer et de nous respecter. 

De plus, le fait d’avoir été habituées à mettre de côté notre tempérament pour nous adapter aux autres fait que nous nous connaissons mal et qu’il nous est difficile d’écouter les signaux que nous envoie notre intuition. 

Notre système d’alerte et de protection est  ignoré et c’est dans cette faiblesse que le PN pourra s’engouffrer, parfois durant plusieurs années !

Si vous avez attiré un/une pervers(e) narcissique (ou même plusieurs) ce n’est donc pas parce que vous êtes PN vous-même. C’est parce que vous avez les mêmes failles.

LA VICTIME D'UN PERVERS NARCISSIQUE A SOUVENT VECU DES SITUATIONS DE MANIPULATION AU PREALABLE

Et oui… Dans bien des cas, on finit par se rendre compte que l’un de nos parents ou une précédente relation avait un caractère toxique. Souvent, nous avions déjà été manipulées par le passé, mais nous ne nous en étions pas rendu compte. 

Du coup, avec le PN, nous avons tout simplement reproduit le schéma que nous connaissons.

Nous ne savons pas qu’une relation peut-être sereine et équilibrée. En plus, si nous avons été éduquées par un parent PN, nous n’avons pas appris à nous respecter, à nous aimer, à mettre nos limites.

Nous n'avons pas goûté à l’amour inconditionnel et pensons qu’il faut accepter l’inacceptable pour être aimé(e). Alors tout naturellement, nous remettons ça dans notre relation de couple.

D'où l'importance, si nous identifions un pervers narcissique dans notre entourage, de nous informer sur ce profil psychologique, de nous documenter au maximum, et d'apprendre à anticiper ce type de comportement.

Retour au menu

LA VICTIME D'UN PERVERS NARCISSIQUE EST-ELLE UNE PERSONNE FAIBLE ?

Il est fréquent que lorsque nous racontons être tombée dans le piège d’un PN, nous soyons cataloguée de « faible », ou que nos interlocuteurs pensent que nous exagérons les comportements décrits.

Or, s’il est vrai que nous présentons une  « faille » dans la construction de notre personnalité, cela ne signifie pas que nous soyons psychologiquement fragiles.

D'ailleurs, les personnes « faibles » n'intéressent pas les pervers narcissiques. Au contraire, si jamais un PN se trompait de cible, il se sentirait exploité par ce qu’il appellerait les « lamentations » de la personne en souffrance.

Comme décrit dans mon article sur Le Pervers Narcissique, un pervers narcissique est une personnalité toxique qui vampirise ses victimes.

Ce type de personnalité ne se remet jamais en question, n’assume pas ses responsabilités, dévalorise et isole ses cibles. Cela après les avoir conquises par la mise en place d’une phase de séduction intense, le « love bombing ». Son but est de se nourrir de l’énergie et de la force vitale d’autrui.

La proie idéale doit donc avoir les ressources nécessaires sur le plan vital, moral et émotionnel.

Toutefois, afin que le PN puisse faire sa grande entrée en scène, la victime doit être en train de traverser une crise existentielle.

Une crise est différente d'une fragilité psychologique en ce sens qu'il s'agit d'une période temporaire. Cela peut provenir d'une rupture récente, de difficultés financières, d'un deuil ou d'un échec professionnel.

C'est grâce à cette crise que le PN justifie son arrivée soudaine dans la vie de sa proie. Il utilisera alors le besoin de la cible d'être réconfortée ou revalorisée pour envahir brutalement son quotidien, avec sa technique de love bombing.

Il est toutefois fondamental de comprendre que ce n'est pas la situation de crise qui attire le PN mais les qualités, de la victime, car ce sont elles qui vont le nourrir. Et c'est ainsi que, même si, au départ, le PN se pose en position de "sauveur", la situation va très vite s'inverser, et c'est la victime qui le prendra en charge émotionnellement.

Les cibles idéales sont donc des personnes présentant une force de caractère, une bonté d'âme et une grande empathie, qualités qui se retourneront contre elles dans la relation avec un PN.

Le problème, c'est que dans notre société, la gentillesse et l'empathie sont souvent considérées comme de la faiblesse. Et les personnes porteuses de ces qualités sont susceptibles de se faire exploiter, ce d'autant plus violemment si elles tombent sur un PN. 

C'est pourquoi, il est indispensable d'apprendre à discerner avec qui nous partageons ces qualités (de grande valeur), pour ne pas dilapider nos ressources psychiques et morales.

Donc une fois pour toutes : NON, les victimes de pervers narcissiques ne sont pas des personnes faibles ou naïves. Il s'agit au contraire de personnes pleines de vitalité et souvent très lucides, mais qui présentent une faille narcissique importante et traversent souvent une difficulté existentielle, raisons pour lesquelles le PN décide de s'en prendre à elles.

Su vous souhaitez une confirmation de tout cela en vidéo, rendez-vous sur la vidéo publiée par le site allo docteurs.


Retour au menu

VOUS ETES VICTIME D'UN PERVERS NARCISSIQUE ? RESSOURCES POUR UN SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

  • Le site de Geneviève SCHMIT, Thérapeute, Analyste comportemental : ici
  • Le site de Pascal COUDERC, Psychanalyste, Psychologue Clinicien : ici


articles en relation

  • 2
  •  
  •